Campus universitaire : Joliette ne ferme pas la porte, mais a des réserves

Le maire de Joliette, Pierre-Luc Bellerose, s’est prononcé sur le dossier du futur campus universitaire sur le territoire lanaudois, alors que déjà, Repentigny et Terrebonne ont manifesté leur intérêt.

Bien qu’à ses yeux, la demande de Terrebonne soit légitime étant donné que la ville est la seule dans le top 10 des plus populeuses au Québec à ne pas disposer d’un campus, celle de Joliette est aussi légitime compte tenu de son taux de diplomation « anémique ».

« Cette nouvelle infrastructure potentielle à Terrebonne avec des difficultés d’arrimage des transports en commun ne vient pas résoudre les problématiques de décrochage scolaire ou de diplomation universitaire dans la région. On en a bien besoin à Joliette ainsi que dans le nord de Lanaudière », lance-t-il.

Toutefois, M. Bellerose a fait savoir que le cahier de charge pour un tel projet fait six pages, alors que pour un projet de moins grande échelle, il faisait 65 pages. Un peu « d’amateurisme » à cet égard selon ses propos.

« On nous dit qu’on doit être en mesure de doubler éventuellement la superficie, mais on ne connaît pas au départ la superficie initiale! Alors avant de mettre des terrains à sa disposition… »

Pierre-Luc Bellerose

Ne fermant pas la porte à un éventuel dépôt de candidature, Pierre-Luc Bellerose s’attend à davantage de réponses en lien avec le campus. « Il y a beaucoup de travail à faire en amont et on ne fera pas travailler nos équipes pour rien si on a déjà un choix d’établi », lance-t-il.

Le magistrat de Joliette entend déployer les efforts nécessaires pour la concrétisation d’un pôle en santé avec le CISSS, le Cégep, le Centre d’excellence en santé ainsi que le Living Lab en gérontechnologie. « On a tous les outils nécessaires pour y arriver. Un peu comme on l’a fait à L’Assomption avec son créneau en enseignement lorsque j’étais directeur général du Centre régional universitaire de Lanaudière, on veut faire de même pour Joliette, mais en santé », conclut-il.