Déconfinement des aînés: une ruée vers les portes aux Habitations Bordeleau

« C’est comme quand ils annonçaient les frites à l’école secondaire le vendredi midi. La cloche sonnait et tout le monde se dépêchait pour aller manger une frite à la cafétaria de l’école. Ça a quasiment fait boum boum boum, on a pas eu le temps d’avertir nos préposés aux portes. », a affirmé Sébastien Buisson des Habitations Bordeleau.

Dès que monsieur Legault a annoncé que les aînés en résidence pouvaient sortir dès maintenant, les résidents des Habitations Bordeleau ont immédiatement mis la directive à exécution. Au moment d’écrire ces lignes, ils sont eux aussi en train de goûter « au vent de liberté qui vient avec le printemps », comme l’a dit Horacio Arruda lundi.

M. Buisson déplore n’avoir reçu aucune directive avant et ne pas avoir eu le temps de se préparer. Il a appris la nouvelle en même temps que tout le monde, au point de presse de 13h. Il n’a pas l’impression d’être considéré comme un véritable partenaire du gouvernement et dénonce une certaine improvisation.

Des familles ont aussi commencé à appeler, certaines demandant s’il était possible d’organiser des pique-niques. C’est un non pour l’instant, les familles peuvent venir voir leurs proches à l’extérieur pour faire une marche, en maintenant une distance de deux mètres, mais pas pour se rassembler. Toutefois, la résidence s’affairait déjà à préparer une activité spéciale pour la Fête des mères avec des endroits attitrés à l’extérieur ou les familles auraient pu se rendre.

Bonne nouvelle: il n’y a pas eu de nouveau cas dans les derniers jours aux Habitations Bordeleau. On a aussi annoncé des guérisons.