Dossier Ville de Joliette : l’attraction et la rétention des travailleurs

À peine un mois après être entré en poste, le Mon Joliette s’est entretenu avec le nouveau maire de Joliette, Pierre-Luc Bellerose. Cinq enjeux seront à l’honneur au cours de la semaine. Le troisième porte sur l’attraction et la rétention de travailleurs dans la région.

Joliette regorge d’industries et d’entreprises aux horizons différentes, mais un problème persiste : elles peinent dans l’ensemble à attirer et conserver ses travailleurs. La pandémie a exacerbé cette tendance et la Ville n’y échappe pas.

Pour Pierre-Luc Bellerose, Joliette a un avantage indéniable et c’est sa qualité de vie, appuyé par l’indice de bonheur Léger, qui classait la Ville parmi les 20 premières au Québec. Sa 19e position la place également en tête dans Lanaudière.

« L’attractivité de la Ville et la proximité des grands centres y sont également pour beaucoup, renchéri-t-il. Il faut se doter d’infrastructures sportives et récréatives ainsi que d’une vie culturelle. Il s’agit d’une question de positionnement et de notoriété sur laquelle on se doit de travailler. »

À ses yeux, cela n’empêche pas, en amont, d’avoir des plans de match plus spécifiques en emploi.

Pierre-Luc Bellerose

Un travail d’équipe

De plus, afin d’enrayer la pénurie de main-d’œuvre, le nouveau maire de Joliette tendra la main aux organismes gravitant autour du marché du travail afin de trouver des solutions. Il a pensé notamment à la Société de développement du centre-ville de Joliette ainsi que la Chambre de Commerce du Grand Joliette, organisation où il a d’ailleurs été président par le passé.

Pierre-Luc Bellerose

Selon le ministère du  Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, presque 10 000 emplois sont à pourvoir dans Lanaudière, notamment dans les secteurs industriels et de la construction, alors que 55 000 le seront en 2023.

Pour les autres textes du dossier :