Journée nationale de la vérité et de la réconciliation | Du progrès, mais encore beaucoup de chemin à parcourir

En cette Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, des progrès ont été réalisés lors de la dernière année, mais il reste encore beaucoup de travail à accomplir.

L’année 2023 aura été remplie en termes de nouvelles. Tout d’abord, le 18 janvier, la Ville de Joliette a nommé une rue en l’honneur de France Robertson, ancienne directrice générale du Centre d’amitié autochtone de Lanaudière, décédée abruptement en 2018.

Plus tard, en avril, une deuxième ambulance a été annoncée à Manawan, de même qu’un nouveau centre d’amitié autochtone à Saint-Michel-des-Saints, révélé en novembre 2022.

Le 29 juillet, le bureau du Principe de Joyce a été lancé. Il a pour but de garantir à tous les Autochtones un droit d’accès équitable, sans aucune discrimination, à tous les services sociaux et de santé.

Un pont difficile à construire

En février, le chef de Manawan, Sipi Flamand, était de passage à la Chambre de Commerce du Grand Joliette pour une conférence. Ovationné, l’essence de son message était que la réconciliation passe par le dialogue. Sept mois plus tard, force est d’admettre que ce n’est pas le cas.

Jeudi, lors de la marche commémorative en mémoire de Joyce Echaquan, décédée il y a trois ans, il n’a pas mâché ses mots envers le gouvernement, sous les yeux du ministre des Relations avec les Premières nations et les Inuit, Ian Lafrenière. Il a ordonné au gouvernement d’adopter le Principe de Joyce pour la dignité de tout le monde.

D’autres se sont joints à lui, dont la porte-parole du conseil des femmes élues de l’Assemblée des Premières nations du Québec et du Labrador, Nadia Robertson, elle a déclaré que « Joyce continue d’être insultée par le gouvernement qui refuse d’adopter le Principe de Joyce ».

La directrice du Centre d’amitié autochtone de Lanaudière, Jennifer Brazeau, a mentionné que le gouvernement a compris ce que les Autochtones attendent de lui, mais préfère avoir une position partisane pour satisfaire les électeurs.

Trois ans après l’événement tragique survenu au Centre hospitalier de Lanaudière, le sujet est toujours aussi polarisant dans l’actualité, et le chemin vers cette réconciliation semble encore une fois sinueux.