La prison pour avoir agressé un homme en quadriporteur

Frédéric Lee, 35 ans, de Saint-Alphonse-Rodriguez, a été condamné à 10 mois de prison pour une série d’actes violents, dont une agression envers un homme en quadriporteur. Compte tenu de la détention préventive de trois mois et demi et de la détention en centre de thérapie fermée, il lui reste 90 jours de fin de semaine à purger ainsi qu’une probation de trois ans et 150 heures de travaux communautaires.

Cette série noire a débuté en novembre 2017 alors que les policiers l’ont intercepté pour excès de vitesse et ont alors retrouvé de la méthamphétamine.

En juillet 2018, alors qu’il était passager dans une voiture à L’Assomption, un quadriporteur s’est mis à traverser la rue en avant de lui, forçant la voiture dans laquelle il se trouve à s’arrêter. En colère, il sort de la voiture, renverse le quadriporteur et s’en prend au septuagénaire, lui causant des lésions. Le quadriporteur a subit des dommages d’une valeur de 400$.

En novembre, un autre événement est survenu dans un Tim Horton’s alors qu’il a tenté de s’en prendre à une jeune fille d’âge mineur et qu’un adolescent a tenté de s’interposer entre les deux.

Deux jours plus tard, lorsque les policiers sont venus pour l’arrêter à sa résidence, il les a menacés d’envoyer son chien après eux.

En mars 2019, dans un autre cas de rage en voiture, il a pourchassé un autre véhicule en tentant de causer une sortie de route. Il est sorti de sa voiture avec une clé anglaise, a tenté de s’en prendre à un occupant de l’autre véhicule et a causé des dommages à la voiture.

Il a été de nouveau arrêté puis placé en centre de thérapie fermée où il répond bien à des traitements contre la toxicomanie et la violence. L’accusé est le père de trois enfants et sa famille se retrouve dans une situation financière précaire avec ces événements.

En rendant une sentence de détention la fin de semaine, le juge Lachapelle permet ainsi à l’accusé de travailler pendant la semaine et de pouvoir subvenir aux besoins de ses enfants. Toutefois, il a sévèrement averti Frédéric Lee de ne pas le décevoir, car la prochaine sentence serait beaucoup plus sévère: « C’est maintenant ou jamais », lui a lancé le juge.