Le parcours de Raphaëlle Tousignant avec l’élite canadienne de parahockey

Courtoisie

Les dernières semaines ont été hautes en émotion pour Raphaëlle Tousignant, une joueuse de parahockey de Terrebonne, alors qu’elle a participé à plusieurs activités de parahockey. Le MonJoliette s’est entretenu avec l’athlète lanaudoise pour recueillir ses commentaires sur son parcours qui lui a permis de jouer avec les meilleurs joueurs au pays.

Le tout a commencé à la fin du mois de juin alors qu’elle a participé à la première édition de la Coupe Challenge féminine de parahockey qui se tenait du 26 au 28 août à Green Bay au Wisconsin. Cette compétition réunissait les équipes du Canada, des États-Unis, de la Grande-Bretagne ainsi que les meilleures athlètes de plusieurs autres pays. En fin de compte, les Canadiennes ont terminé en deuxième place après une défaite de 5-1 contre les Américaines lors du dernier match.

Pour Raphaëlle, sa participation à la Coupe Challenge féminine avait beaucoup d’importance, car il s’agissait de la première occasion que le hockey luge féminin avait pour démontrer que ce volet de cette discipline avait sa place aux Jeux Paralympiques. Il est important de noter que le volet féminin n’est pas soutenu par Hockey Canada contrairement aux hommes. Alors qu’une participation aux Paralympiques de 2030 avec l’équipe féminine semble incertaine, Raphaëlle espère travailler pour que les prochaines générations puissent pouvoir accomplir leur rêve olympique.

Ensuite, la Terrebonnienne a été invitée au camp de sélection de l’équipe nationale masculine qui se déroulait du 3 au 11 septembre. Cependant, l’aventure s’est terminée plus tôt pour Raphaëlle, car elle n’a pas été retenue au sein de l’équipe. En dépit de cette déception, elle considère qu’elle a bien travaillé au début du camp avant de s’être blessée lors d’une pratique. La Québécoise a mentionné que cette expérience a été des plus enrichissante.

« Cela m’a fait grandir en tant qu’athlète. Je suis encore plus motivé que je l’étais avant le camp pour la suite des choses », a-t-elle dit en entrevue.

La jeune athlète qui a commencé ce périple sportif à l’âge de 12 ans après l’amputation d’une de ses jambes en raison d’un cancer des os espère un jour voir le hockey féminin aux Jeux Paralympiques et avoir la chance de s’y rendre.