Les radios régionales réclament au CRTC un Fonds pour soutenir les nouvelles locales

L’association des radios régionales francophones demande au CRTC d’en faire davantage pour supporter la production de nouvelles locales à la radio.  

Le président de l’ARRF, qui représente 34 diffuseurs indépendants au Québec, en Ontario et au Nouveau-Brunswick, Sylvain Chamberland, était entendu dans le cadre des audiences publiques portant sur les contributions au système canadien de radiodiffusion. 

Il a proposé, au nom de l’association, la création d’un Fonds canadien qui permettrait d’améliorer la couverture, la création et la diffusion de bulletins de nouvelles locales de qualité en région.

« À bien des endroits, la radio, c’est la seule et dernière voix qu’il reste, faisons ce qu’il faut pour la sauver », a affirmé M. Chamberland, qui est également président et chef de la direction d’Arsenal Media.

Des médias qui ne sont pas reconnus en tant que tels

L’Association demande aussi la fin des inégalités en termes de reconnaissance alors que les radios ne sont pas reconnues par le CRTC comme un véritable média d’information, ce qui les empêche d’avoir accès au crédit d’impôt fédéral pour la main-d’œuvre journalistique.

«En créant ce Fonds, vous avez l’occasion de corriger ces distorsions, de réparer les iniquités qui persistent », d’ajouter Sylvain Chamberland.

Le Fonds en question serait financé à même les cotisations provenant des entreprises de diffusion en ligne et serait octroyé à toutes les radios écartées des programmes actuels pour soutenir la production d’information.  

 « Nous ne sommes pas ici pour demander une réduction des obligations de production de nouvelles, nous  sommes ici pour vous demander de réparer les iniquités qui persistent et nous donner les moyens de batailler à armes égales avec tous les médias qui bénéficient déjà d’avantages auxquels les radios régionales  n’ont malheureusement pas droit. » 

Sylvain Chamberland