L’idée d’une taxe au kilomètre pour les Lanaudois et les autres banlieusards resurgit

Photo: Google Maps, vue satellite d'un quartier de Saint-Lin-Laurentides.

La Presse a publié une série d’articles et de chroniques cette semaine dénonçant l’étalement urbain autour de Montréal et pointant du doigt, entre autres, le nouveau schéma d’aménagement de la MRC de Montcalm qui permettra aux municipalités du territoire de faire plus de développement.

Francis Vailles suggère un péage de 10$ par jour

Le chroniqueur Francis Vailles a écrit un article intitulé: « Québec nourrit le réchauffement climatique ». Publié le 8 janvier, on peut y lire:

« À Saint-Lin-Laurentides, 49,6% des travailleurs se déplacent en voiture vers une ville centre. C’est pire à L’Épiphanie (62,9%) (…) et à Saint-Roch-de-l’Achigan (51,2%) ».

Il cite aussi le nouveau plan d’aménagement de la MRC de Montcalm, affirmant que :

« Québec a accordé à la MRC 336 hectares de développement, soit l’équivalent de 650 terrains de football (…) Et avant longtemps, on peut s’attendre à ce que le gouvernement caquiste donne également son aval au schéma d’aménagement de la MRC de Joliette (…) ».

Le chroniqueur affirme que ce type de développement est absurde, qu’il n’est plus viable dans le contexte actuel et que le développement de ces banlieues éloignées amène 20% plus de circulation automobile qu’il y a 10 ans dans la grande région de Montréal.

Il fait donc la suggestion suivante:

« Vous choisissez d’acheter une maison pas chère en banlieue et de faire 100 kilomètres aller-retour par jour pour le travail? Fort bien. Mais vous devriez alors payer 10$ par jour de péage ».

François Cardinal suggère une taxe à la distance

Aujourd’hui, 10 janvier, François Cardinal publie un texte appelé « La banlieue de la banlieue ». Il souligne lui aussi le cas de la MRC de Montcalm, faisant des liens avec le fait que l’ancien préfet de la MRC, Louis-Charles Thouin, est maintenant l’adjoint parlementaire de la ministre des Affaires municipales.

François Cardinal écrit:

« On se retrouve avec des bungalows peu chers et surtout peu taxés… en comparaison des coûts qu’ils génèrent »

Sa solution:

« Lancer le débat sur l’application d’une taxe à la distance parcourue, comme le propose par exemple la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. En gros, on se sert de la technologie pour calculer le nombre de kilomètres que les automobilistes franchissent, puis on leur envoie une facture en fonction de cette distance.

Selon lui, une telle méthode a bien fonctionné aux Pays-Bas où les automobilistes ont changé leurs habitudes suite à une telle taxe, puis envisagé l’achat d’une maison plus proche du bureau.

Plusieurs autres articles dans La Presse

Le 7 janvier, La Presse publiait aussi l’article: « Étalement urbain: les autoroutes sont bondées tous les matins » et le 8 janvier: « Dézonage agricole: la vieille façon de Québec pour favoriser l’étalement urbain ».

Le 8 janvier, on retrouvait aussi une lettre ouverte des maires de Varennes, Repentigny, Terrebonne et Mascouche intitulée: « Densification pour certains, étalement pour d’autres ». Ils dénonçaient encore une fois le développement dans la MRC de Montcalm.

Aujourd’hui, 10 janvier, Stéphanie Grammond souligne aussi dans l’article « Cancres des taxes sur l’essence », que: « le Québec et l’Ontario font partie des régions du monde où les taxes sur l’essence pèsent le moins lourd quand on fait le plein. »

[ajax_load_more single_post="true" single_post_id="14235" single_post_order="previous" single_post_target="#post-wrapper" post_type="post" pause_override="true"]