Mobilisation des Mémés pour le climat aux Galeries Joliette

Devant des gardiens de sécurité impuissants, une horde de mémés a envahi les Galeries Joliette ce vendredi matin pour dénoncer la surconsommation entourant le « Vendredi fou » et encourageant à la place la tenue d’un « Vendredi vert ».

Il s’agissait de membres d’un groupe appelé « Les mémés pour le climat ». La direction et le département de la sécurité ont tenté de les faire partir et se sont montrés fort mécontents de leur présence. Ils ont même menacé d’appeler la police dans l’espoir de les voir quitter, ce à quoi les mémés ont répondu: « Ben qu’ils s’en viennent ».

Le groupe d’une dizaine de personnes a manifesté pacifiquement et a entonné six chansons de Noël aux paroles modifiées.

Par exemple:

Père Noël, Père Noël, on veut p’us de bébelles, ça pollue, c’est superflu, la poubelle en peut plus.

ou encore:

Les abeilles dans nos campagnes, butinent des fleurs empoisonnées, les oiseaux des bois et des montagnes, on les entend plus chanter.

Les mémés encourageaient les nombreux consommateurs à se joindre à elles. Alors que les Galeries Joliette étaient remplies de chasseurs d’aubaines, seuls quelques uns d’entre eux ont osé vaincre leur timidité.

Interrogées sur le message qu’elles souhaitaient envoyer aux gens, elles ont entre autres parlé de réfléchir aux achats que l’on fait et se demander si ce qu’on achète est vraiment utile.

Voilà un message qui réjouira certainement Pierre-Yves McSween… Personne non plus ne pourra lancer de « OK Boomer » à ces mémés résolument progressistes.

C’est finalement un policier de la Sûreté du Québec qui a mis un terme à cette manifestation, les « mémés » n’ayant pas demandé la permission à la direction du centre commercial pour tenir cet événement surprise.