Monique Pauzé accueille favorablement l’accord sur la biodiversité

La porte-parole en matière d’Environnement du Bloc Québécois et députée de Repentigny, Madame Monique Pauzé, se réjouit de l’accord historique sur la biodiversité adopté à la COP15 de Montréal.

Cependant, elle soutient qu’il sera uniquement possible de mesurer le succès de cette entente lors de sa mise en œuvre.

« L’entente prévoit la protection de 30 % des milieux naturels terrestres et marins d’ici dix ans, c’est une excellente nouvelle puisqu’il nous faut à tout prix freiner le déclin de la biodiversité et des ressources qui sont essentielles à notre survie, précise Monique Pauzé qui émet toutefois certains bémols. J’ai bien hâte de voir comment le Canada va concilier cela avec sa politique pétrolière puisqu’on a vu le gouvernement Trudeau appuyer des projets de forages en milieu marin dans des zones protégées. Si, au Canada, on peut exploiter du pétrole, du gaz ou des mines dans des aires protégées, on peut se poser la question si le fait de désigner une aire protégée la protège vraiment », a-t-elle mentionné dans un communiqué de presse.

De plus, la représentante de Repentigny insiste sur le fait que l’Accord Kumming-Montréal est ambitieux et qu’il aura des incidences sur de nombreux secteurs comme le secteur énergétique, l’agriculture, les pêcheries et la foresterie.

L’élue bloquiste demande au gouvernement Trudeau d’être cohérent, d’établir des priorités et un
échéancier tout en lui rappelant qu’il se doit de protéger 30% des milieux naturels terrestres ainsi que marins.

Le tout devra se faire sans empiéter sur les compétences de Québec et des provinces.