Monique Pauzé, députée de Repentigny, dans un documentaire sur des victimes de la CIA

Monique Pauzé, la députée bloquiste de Repentigny, a participé au tournage du documentaire MK-ULTRA, la fin du silence. Ce documentaire sera diffusé à l’automne sur les ondes de RDI et d’ICI Radio-Canada.

65 familles poursuivent le gouvernement du Canada et le centre universitaire de santé McGill en lien avec le programme MK-Ultra, un projet de la CIA qui visait à développer des techniques de manipulation mentale entre 1957 et 1964. Une partie de ces expériences eurent lieu à Montréal après que la CIA eut recruté le Dr Ewen Cameron qui avait élaboré une théorie pour « corriger la folie » consistant à effacer la mémoire d’un sujet pour la reconstruire.

Non, vous n’êtes pas soudainement en train de lire une fausse nouvelle sur un site conspirationniste.

Des patientes ayant été victimes de ce projet complètement loufoque vivent toujours aujourd’hui avec les traumatismes de ce qu’elles ont vécu à l’époque. Monique Pauzé a été appelée à participer à ce documentaire car elle est intervenue à la Chambre des communes à Ottawa à ce sujet. Un citoyen de la région de Repentigny a été la victime du Dr Cameron et a demandé l’aide de Mme Pauzé.

« Des Montréalais ont été soumis à leur insu à des expériences de lavage de cerveau financées par Ottawa et la CIA dans le cadre du projet MK-Ultra. Non, il ne s’agit pas de science-fiction… Le gouvernement nie toute responsabilité, mais par ailleurs, il multiplie les ententes d’indemnisation hors cours avec les familles des victimes qui le poursuivent. Plutôt que de les forcer à recourir aux tribunaux, est-ce que le gouvernement va s’excuser publiquement et indemniser globalement les centaines de familles? », a demandé Mme Pauzé en Chambre le 25 mai 2018.

Il faut savoir qu’à l’époque, le Dr Cameron cible des patients ayant été admis au Allan Memorial Institute pour des troubles d’anxiété ou de dépression. Il semble avoir un faible pour les mères souffrant de dépression postnatale. Des jeunes femmes qui ne seront plus jamais les mêmes suites à leur passage à l’institut où elles devaient être traitées. 

Les méthodes du Dr Cameroun sont peu orthodoxes, il fait usage d’électrochocs dont les courants sont de 30 à 40 fois plus puissants que la normale. Il utilise le LSD et diverses autres substances paralysantes, tout cela dans le but de mettre ses sujets dans un coma pendant plusieurs semaines et dans un cas jusqu’à trois mois. Nombreux sont ceux et celles qui auront des séquelles permanentes suite à ces sévices.