Musique traditionnelle lanaudoise : Une popularité inégalée

Cette semaine, le Mon Joliette propose une série d’articles sur la musique traditionnelle lanaudoise. Aujourd’hui, il se penche sur la popularité de cette musique sur le territoire lanaudois.

C’est bien connu, la musique traditionnelle occupe une place prépondérante dans  le paysage lanaudois. Elle s’entend dans les festivals, sur les ondes et plusieurs spectacles se donnent n’importe quel jour de l’année.

Si elle est aussi présente dans la région, c’est qu’elle s’est pratiquée fortement dans la région, autant du côté de la chanson que de la musique, selon l’intervenant en traditions vivantes Philippe Jetté.

Cependant, il ajoute que si l’intérêt est aussi grand ici qu’ailleurs dans la province, c’est en grande partie parce que Lanaudière lui accorde une grande importance.

Philippe Jetté

Philippe Jetté souligne également l’apport de groupes comme La Bottine Souriante dans ce procédé de valorisation. Il a d’ailleurs pavé la voie à de nombreux autres groupes lanaudois.

Entre croissance et conservation

Pour la gestionnaire générale du Festival Mémoire et Racines, Marjolène Turcotte, c’est surtout les nombreuses familles qui se sont établies dans Lanaudière et qui ont ainsi perpétré les registres de chansons et musiques traditionnels.

Marjolène Turcotte

À l’image de M. Jetté et Mme Turcotte,  l’un des membres du groupe Les Campagnards, Kevin Nadeau, a laissé entendre que la musique traditionnelle n’a jamais cessé de croître, ce qui a permis de conserver sa pérennité.

À ses yeux également, l’apport de La Bottine Souriante est indéniable. D’ailleurs, cette effervescence se voit dans les spectacles des Campagnards, où la moyenne d’âge est d’environ 30 ans.

Kevin Nadeau

Enfin, le maire de Saint-Côme, Martin Bordeleau, estime que l’une des raisons de sa popularité provient de la conservation des mémoires collectives, qui sont demeurées actives.

Martin Bordeleau