Plus de 2000 transports scolaires annulés depuis septembre

Entre 2000 et 3000 parcours scolaires ont été annulés depuis le début de l’année scolaire dans la région, constate la députée de Joliette, Véronique Hivon. Elle propose des mesures pour enrayer la pénurie de main-d’œuvre de chauffeurs d’autobus.

14 parcours d’autobus scolaires sont annulés ce jeudi d’après ce que nous pouvons constater sur le site du Centre de services scolaire des Samares. Chaque jour, c’est une moyenne de 10 à 15 parcours qui ne peuvent pas être assurés. 

« C’est le système D qui embarque »

La situation dure depuis plusieurs mois et c’est ce que dénonce la députée du Parti québécois, Véronique Hivon : « toutes sortes d’histoires m’ont été rapportées, les parents doivent tout organiser, payer le taxi à leurs enfants quand c’est possible, mais bien des fois les enfants manquent l’école ». 

La députée provinciale de Joliette pour le Parti québécois, Véronique Hivon

Et ce système D, qu’évoque la députée, entraîne un vrai coût pour les parents, qui doivent, selon elle, être compensés d’une manière ou d’une autre.

Les transporteurs n’arrivent plus à garder leurs chauffeurs

L’origine du problème, c’est une fuite d’employés qui, depuis la pandémie, choisissent d’aller travailler pour des services de camionnages où ils sont mieux rémunérés et avec des horaires plus intéressants. 

Véronique Hivon ne voit qu’une solution à long terme, être plus offrants pour réussir à garder les chauffeurs « on demande des mesures incitatives. Il faut augmenter les primes des chauffeurs et surtout accorder une plus grande enveloppe pour que les commissions scolaires réussissent à renouveler les contrats avec les compagnies de transport ».

En attendant, les parents doivent chaque jour se rendre sur le site du Centre de services scolaire pour savoir si le bus passera, ou pas.