Présence de briseurs de grève constatée à la cimenterie de Joliette

Cimenterie de Joliette, Twitter

Selon un rapport d’un inspecteur du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale du gouvernement québécois, dix employés de la cimenterie Ash Grove de Joliette effectuaient du travail réservé aux membres de l’accréditation syndicale sans y être autorisés, ce qui en fait des briseurs de grève.

Le directeur québécois d’Unifor, Renaud Gagné, dénonce cette manière de faire de l’employeur, ajoutant qu’il déposera aujourd’hui une ordonnance de sauvegarde dans ce dossier afin que  le Tribunal se prononce sur les conclusions du rapport de l’inspecteur.

Habituellement, seul le personnel-cadre engagé avant le déclenchement d’un conflit est autorisé à effectuer le travail des salariés en grève ou en lock-out. Les membres sont en lock-out illégal depuis le 22 mai et légalement depuis le 3 juin.

La semaine dernière, un rassemblement de solidarité a réuni une centaine de personnes sur la ligne de piquetage du conflit face à l’usine. Les députés de la circonscription de Joliette, Gabriel Ste-Marie et Véronique Hivon étaient venus  témoigner leur soutien aux 150 membres en appelant l’employeur à mettre de côté ses nombreuses demandes de concessions.