Résidence Marie-Clothilde : Quand la différence… fait la différence!

« Je suis tellement contente d’être ici! », lance d’emblée au bout du fil Alexandra Venne, qui vient tout juste d’apprendre qu’elle a obtenu un poste permanent et à temps complet à la Résidence Marie-Clothilde.

Alexandra fait partie de la douzaine de personnes vivant avec une différence à l’emploi au sein de l’équipe de la résidence privée pour aînés de Joliette. La jeune femme de 28 ans se trouve dans le département de la plonge.

D’ailleurs, elle ne tarit pas d’éloges envers son environnement de travail.

« J’adore tout ce que je fait. Quand j’ai fini mon quart de travail, je demande aux filles si elles ont besoin de moi pour leur donner un coup de main », lance celle qui se voit y œuvrer pour encore de nombreuses années.

Mario est également un employé de la résidence ayant une différence. Depuis le 1er mars, il est préposé à l’entretien ménager.

Cet ancien employé chez EBI, avec qui il a passé 25 années, se plaît dans son nouvel environnement.

À gauche, Alexandra Venne et la directrice générale du Marie-Clothilde, Kathleen Adam.

Mario

Un idée naturelle

Cette inclusion n’est pas passée inaperçue auprès de la Chambre de Commerce du Grand Joliette. L’organisation a couronné la Résidence Marie-Clothilde du prix « Différent et compétent ».

« C’est une belle reconnaissance et c’est d’autant plus plaisant qu’une entité reconnaisse notre implication. Tout notre personnel travail fort et ce prix nous pousse à faire davantage. Pour ma part, je me suis inscrite pour faire ma reconnaissance des acquis en éducation spécialisée », admet la directrice générale Kathleen Adam.

À la base infirmière auxiliaire de profession, il était naturel pour elle de faire une place à des personnes ayant une différence au sein de l’établissement. Toutefois, c’est grâce à la rencontre de la directrice générale de l’organisme Les Répits de Gaby, Mélissa Marcil, que cette idée est devenue une réalité.

« Ça a vraiment été un élément déclencheur pour moi. Jamais je n’aurais pensé m’en aller vers l’autisme, la déficience intellectuelle. J’étais plutôt dans la déficience physique. »

Kathleen Adam

À la suite de cette rencontre, elle s’est tournée vers l’organisme Essor II afin de voir la possibilité d’intégrer des personnes ayant une différence. Elle se dit également choyée de pouvoir compter sur une équipe aussi aguerrie en la matière.

« Chaque employé détient une expertise ainsi que des connaissances variées, car ils arrivent du milieu hospitalier, d’organismes, du CLSC et du communautaire. J’ai pris le meilleur de tout le monde pour ainsi construire un programme et c’est de là que tout est parti l’an dernier », explique-t-elle.

La tâche n’a pas été cependant de tout repos. Mme Adam souligne que de nombreuses heures ont été consacrées à la formation de son personnel pour qu’il devienne des formateurs et des éducateurs. Désormais, elle joue seulement le rôle d’encadreuse.

À droite, Kathleen Adam, tenant le prix « Différent et compétent » de la CCGJ, ainsi que Mario.

Tous les départements sont à leurs dispositions selon ses dires. Dans leur entrevue de sélection, elle demande de décrire leurs forces, leurs habiletés et leurs passions, afin de bien les guider dans leur stage, qui peut par la suite se transformer en un emploi permanent.

Kathleen Adam

Une superbe cohabitation

Ce travail d’intégration permet ainsi une superbe cohabitation entre les résidents et les personnes ayant une différence. Kathleen Adam assure que ceux-ci sont habitués et ne voit plus cette différence, puisqu’avant ce programme, des bénévoles autistes se trouvaient dans le département des loisirs depuis les cinq dernières années.

« Il faut dire aussi que nous avons également une unité avec 17 locataires autistes. Ça a été un beau défi de marier ces deux clientèles », ajoute la directrice générale.

Dans un avenir proche, avec la collaboration de Essor II, la Résidence Marie-Clothilde deviendra un plateau de travail pour ces personnes. Dès le mois prochain, elle aimerait ainsi débuter une première cohorte.