Saint-Ignace | La démolition de l’église est écartée

Le conseil municipal de Saint-Ignace-de-Loyola renonce définitivement au projet de démolition de l’église du village pour y construire un nouveau centre communautaire.

Lors de la dernière séance du conseil plus tôt cette semaine, les élus ont opté pour la conservation du bâtiment qui pourrait faire l’objet de travaux.

Avant toute chose, la Ville entend consulter la firme d’architecte mandaté dans la première phase du projet pour évaluer les possibilités. Cette étape pourrait cependant être retardée et devoir faire l’objet d’un processus d’appel d’offres dépendamment du montant qui sera demandé par la firme.

Le projet initial de démolition et de reconstruction devait coûter près de 4 M$ avant la pandémie, mais l’explosion des coûts de construction ces derniers mois a fait grimper les évaluations finales à plus de 8M$. Malgré une subvention de Québec pouvant atteindre 4,2 millions de dollars, la ville devait contracter un emprunt d’un montant pratiquement équivalent, ce qui a été rejeté par certains conseillers autour de la table.

Le maire, Jean-Luc Barthe, qui était favorable à un règlement d’emprunt plus costaud pour financer le projet affirme que le conseil envisage maintenant un projet plus modeste qui ne devrait pas dépasser les 4 M$. À ce montant la Ville aurait droit à des subventions gouvernementales équivalentes à 65% du montant.

Si certains conseillers souhaitent inclure la rénovation du presbytère dans le projet pour y installer les bureaux municipaux, le maire se montre sceptique sur la possibilité d’y parvenir sans faire gonfler la facture. Ce dernier entend proposer la démolition du bâtiment pour ne conserver que la fondation de béton sur laquelle un toit serait ajouté pour y faire un entrepôt.

Le maire rappelle que la Ville dispose de plusieurs équipements de sonorisation, de tables et de chaises presque neufs encore dans le sous-sol de l’église, du mobilier qui pourra être installé dans l’église une fois que les bancs auront été vendus. C’est d’ailleurs le comité des loisirs de la municipalité composé de bénévoles qui s’est vu confier cette responsabilité. Les montants tirés de la vente des bancs seront réinvestis par ce même comité pour des activités.

Le projet fera l’objet de nouvelles discussions lors des prochaines séances du conseil.