Un bacc. en enseignement primaire dans Lanaudière

Dès l’automne 2020, il sera possible de suivre une formation complète pour devenir enseignant au primaire ici même, dans Lanaudière. Présentement, les étudiants peuvent effectuer un certificat en éducation préscolaire et en enseignement au primaire dans les locaux du cégep à L’Assomption. Cependant, ils doivent se déplacer à Trois-Rivières pour compléter le baccalauréat.

L’endroit où se dérouleront les cours n’est par contre pas encore défini. Il y a pénurie de locaux au cégep à L’Assomption, donc on est à la recherche de nouveaux locaux situés près de là.

Il manque 400 professionnels en éducation dans la région. D’offrir la possibilité aux jeunes lanaudois d’effectuer le baccalauréat en éducation préscolaire et en enseignement primaire près de chez eux pourrait permettre d’aider à combler cette pénurie de main-d’oeuvre.

D’offrir des programmes universitaires complets ici même dans la région de Lanaudière est une solution pour faire augmenter le taux de diplomation. Seuls 15% des Lanaudois ont un diplôme universitaire, par rapport à 31% de la population québécoise. C’est ce que révèle un récent sondage effectué par le Centre régional universitaire de Lanaudière, qui qualifie ce taux de diplomation d’anémique, comme l’explique Pierre-Luc Bellerose:

Toutefois, 80% des étudiants ayant répondu au sondage affirment qu’ils entreprendraient des études universitaires dans leur propre région si c’était possible.

La question du transport et l’éventualité de devoir déménager sont aussi des freins majeurs pour les jeunes lanaudois qui aimeraient peut-être effectuer des études universitaires.

La pénurie de la main d’oeuvre frappe de plein fouet Lanaudière qui est une des régions du Québec avec le plus fort taux de croissance de la population. Les besoins en diplômés universitaires sont élevés entre autres chez les PME. 38% des entreprises oeuvrant dans les services professionnels ont eu à composer avec des postes vacants pendant au moins quatre mois.

Chantal Deschamps, mairesse de Repentigny, soulève aussi l’idée d’un certificat en administration numérique pour précisément répondre aux besoins des entreprises d’ici.